Fnaculture Fnaculture Fnac, libérez votre curiosité

Last of us part 2

Last of us part 2

Ce jeu attendu le 19 juin sur PlayStation 4 sera sans aucun doute le chant du cygne pour la vénérable console de Sony (lancée un 2013 elle fêtera bientôt ses sept années de bon services).

Et cela s'annonce comme un magnifique chant du cygne. Malgré quelques fuites inévitables à notre époque et quelques controverses tout aussi inévitables, le peu que l'on sait laisse espérer un jeu certes magnifique, le Studio Naughty Dogs est un habitué des prouesses visuelles, mais également très émotionnel.

Le premier chapitre de la série avait déjà réussi l'exploit de nous faire trembler pour les différents personnages avec lesquels nous avions pu interagir, et vivre littéralement l'histoire. Une histoire dure, âpre, et parfois cruelle. Une histoire de survie et de souffrance, mais également d'espoir, et qui nous prouvait que même dans les pires situations, l'humanité pouvait survivre et grandir.

Le deuxième chapitre semble se diriger dans la même direction, jouant sur nos attentes, et sur le fait que les personnages du premier jeu ont tous grandi ou vieilli. On y retrouvera donc Ellie, qui n'est plus exactement la jeune pré-ado agressive et renfermée du premier opus, mais bien une jeune femme, qui visiblement doit encore trouver sa place dans un monde qui change chaque jour, et Joël, qui lui, a manifestement pris un méchant coup de vieux.

S'il est possible de deviner un peu plus de choses sur l'histoire d'après les différents trailers et/ou leak sur internet, nous préfèrerons ici garder le silence à ce sujet et découvrir l'œuvre sans être influencés.

Point de vue purement technique, il est clair que le jeu sera magnifique, poussant la console dans ses derniers retranchements, dévoilant un monde post-apocalyptique somptueux où la nature regagne lentement du terrain après la chute de notre espèce. Et même si l'environnement reste semi-ouvert, limitant volontairement les déplacements, c'est ici un petit prix à payer pour une meilleure maitrise de la narration.

Proposant toujours le choix entre infiltration ou combat direct, avec animations parfaites tant niveau déplacement que pour les expressions faciales, et en y mélangeant quelques puzzles basés sur les architectures de niveau, Last of Us II ne semble pas révolutionner le genre, mais bien le raffiner jusqu'à la perfection. Et même s'il n'est pas à mettre entre toutes les mains (violent, très sombre et abordant des thèmes adultes difficiles comme la sexualité, le viol et le cannibalisme de façon très frontale), ce deuxième opus de la série risque de mériter immédiatement sa place dans le panthéon PlayStation, dépassant son statut de jeu pour devenir une véritable "œuvre". 

Sur le même sujet:

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.befnac.be/